LE SITE AU BANDEAU ROUGE
Fragments, chutes et conséquences.

…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Accéder à la zone abonné.e.s
Dernier livre publié : Village
Commander une Nuit à la demande, écrite à la main pour vous.
Conférence, ateliers d'écriture numérique, rencontre en public, passez par la partie "pro", téléchargez les documents, contactez-moi.
Et pour sonoriser un espace, accueillir une performance, voyez aussi L'aiR Nu !
Dernier texte publié le mercredi 5 juin 2019 :

La peur fait partie de l’usine

29 mars 2019

L’usine et la démocratie se sont construits à peu près en même temps — est-ce que je peux dire ça ? La démocratie parlementaire des révolutions des XVIIIé-XXé siècle, il me semble — mais la démocratie s’est toujours faite autour de l’usine, peinant à lui imposer ses lois. L’usine et son fonctionnement hiérarchique comme venu tout droit d’une tradition féodale, sans assemblée, sans élection, avec une centralisation des décisions, l’embauche et la débauche, le respect du règlement intérieur. Un contrat d’asservissement faute de mieux. Le salaire, les droits, il a fallu les faire entrer de force dans l’usine.

Il reste quelque chose de très fort, encore, de la féodalité, au travail. Par exemple. Qui penserait partir à 15 h sans prévenir ? Qui penserait ne pas venir travailler un, deux ou trois jours de suite pour aller au musée, pour se reposer, pour faire du sport ? Qui imaginerait arrêter le travail pour lire un livre ou se mettre à peindre ? Ou encore qui se mettrait à filmer ses collègues au travail dans un documentaire improvisé ? Qui voudrait aller faire un foot dans le parc après la réunion, ou à la place de la réunion ? Qui voudrait créer son entreprise dans l’entreprise pour vendre ses services ou ses créations ? Qui improviserait soudain un bœuf en plein openspace ? Qui aurait soudain l’envie de faire un gâteau pour ses collègues, dans la cuisine ? Qui voudrait faire l’amour dans une salle prévue à cet effet, à réserver sur l’outil de planification ? Qui voudrait discuter, de tout autre chose que du travail, pendant des heures ? Qui voudrait philosopher, organiser un débat, une assemblée ? Qui voudrait monter à la direction et prendre le pouvoir ? L’usine, l’entreprise, comment décrire ce lieu où le travail exerce sa loi du plus fort passée loi civile, où les lois générales de l’extérieur ne s’appliquent pas : liberté d’expression, de presse, de déplacement... Le contrat de travail fonctionne comme une croyance partagée, avec un ensemble de règles sociales suivies par entente réciproque.

Quelqu’un croisé dans la rue vous donne une boîte et vous demande d’assembler les pièces qu’elle contient avant 17 h ; acceptez-vous ? Pour de l’argent peut-être, et parce que vous auriez signé un contrat. Peut-être. C’est plus facile de dire oui à ça dans l’usine. On pourrait imaginer dire oui dans la rue, et non dans l’usine. Avoir un contrat avec la société en général plutôt qu’avec l’entreprise en particulier. Briser le mythe féodal de l’entreprise, du travail. Y déverser une liberté qui n’existe pas non plus en dehors, à ce jour.

C’est le contraire qui se passe. Parce que chaque jour l’entreprise cherche à imposer sa loi féodale au dehors, à gagner sur la liberté de l’extérieur. À faire de L’État une entreprise. À optimiser les dépenses publiques. À créer des obligations, des surveillances, de plus en plus précises pour les pauvres, et des libertés, des licences, de plus en plus floues pour les riches. etc.

Dans L’Établi, Robert Linhart écrit :

La peur fait partie de l’usine, elle en est un rouage vital.

Et plus loin :

Quand il n’y a pas de chef en vue, et que nous oublions les mouchards, ce sont les voitures qui nous surveillent par leur marche rythmée, ce sont nos propres outils qui nous menacent à la moindre inattention, ce sont les engrenages de la chaîne qui nous rappellent brutalement à l’ordre. La dictature des possédants s’exerce ici d’abord par la toute puissance des objets.

Imaginez s’il existait un objet qui puisse continuer à nous surveiller hors de l’usine, du bureau, par sa simple présence, son attraction, sa disponibilité, sa toute-puissance et notre grande impuissance à s’en séparer, imaginez si un tel objet existait, la domination totale qui serait alors exercée sur nous...

Mots-clés

travail   Robert Linhart   liberté   objet   philosophie   politique  
lien permanent (0 message)
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi
Pour donner une idée:
il y a 1057 textes publiés sur ce site totalisant près de 3224235 signes, c'est à dire environ 2149 pages imprimées, ce qui se vendrait en livre papier (du beau papier) aux alentours de 85.98 €

Tous les tiroirs

Dernière peinture sur Couleurs-Formes
Toutes les archives, classées par année et par mois.
 
29 mars 2019 L’usine et la démocratie se sont construits à peu près en même temps — est-ce que je peux dire ça ? La démocratie parlementaire des révolutions des XVIIIé-XXé siècle, il (...) lire la suite…
politique Robert Linhart philosophie liberté travail objet
21 mai 2019 Fines lianes, extraverties et exhibitionnistes, telles sont les femmes du miroir. Coincées entre la vitre et le tain, elles ne cherchent pas à s’extraire mais à (...) lire la suite…
ebook écrire ville Anne Savelli
28 avril 2019 Le premier titre de travail de L’Homme heureux a été Le Méridien de Florence. En relisant, je me demande si je n’ai pas trouvé un autre titre encore. On verra. Au (...) lire la suite…
informatique (numérique) Georges Perec techno écrire contrainte (OuLiPo) fiction Guillaume Vissac en cours Leslie Kaplan
11 avril 2019 La Ligue des Auteurs Professionnels publie un appel intitulé "Extinction Culturelle Française ?" (c’est même un site à part entière, un nom de domaine spécialement (...) lire la suite…
littérature, monde littéraire, ce qui est autour écrire travail
9 avril 2019 Voici la mise à jour du PDF déjà proposé via Twitter des #MéchantsSortsÀMacron, commencés au printemps dernier et suivis de Dans un univers parallèle, Macron commencés (...) lire la suite…
ebook politique
26 mars 2019 Voilà. Envoyé à nouveau #Hh, après retravail basé sur les retours que Guillaume m’a fait en janvier, qui m’ont ouvert certains pans de mon texte que je ne saisissais pas (...) lire la suite…
travail en cours