…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Du jour

mise en ligne : lundi 4 juin 2012

31 mai 2012

Je n’ai rien mangé ni bu aujourd’hui, je n’ai pas dormi ni ne me suis éveillé. Le rien : tout le jour le rien. Ni bougé ni resté immobile. Ni dit ni non-dit. Je suis donc resté sans être là avec mes yeux ouverts qui avalaient tout du monde sans le digérer, le monde absent qui pèse à étouffer jusqu’au moment où il arrive en plein soleil et bruits de rue dans la figure, alors ça gratte un peu, alors en grattant y’a des morceaux du monde qui tombent par terre, une boulangerie, la station du bus, le bus, ça tombe, se pose-là, et ce faisant le fabrique un peu, le monde, ce qui permet d’y croire un peu plus, une tasse remplie de café, une page 48 pas encore arrachée, ça permet de finir la journée par un geste qui pèse dans la balance, la notre, interne, si peu que ce soit, si peu que ce soit.

Mots-clés

ville   nuit   jour  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi