…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Savelli, Anne. Franck.

mise en ligne : dimanche 3 octobre 2010

Page 56.

Cette boucle du car sur la place Denfert-Rochereau pourrait raconter à elle seule tout le voyage Paris-Fleury : le lion que l’on contourne sans avoir envie de le regarder, le jardin public tout au centre où nous n’irons jamais, où aucune des femmes n’aura jamais l’idée de passer un moment, ne saura même pas qu’il existe, les terrasses de café encore repliées en sous-sol (c’est janvier, février) et la gare RER qui s’éloigne.

Page 58.

Qu’est-ce qu’on transporte, n’importe qui transporte, comme image de Fleury la première fois avant d’y être, avant que le car ne s’arrête ? Un hall d’entrée aux commandes tout automatiques où les journalistes ont le droit de filmer de temps à autre, plaquer prison modèle au commentaire pour l’infirmer (et le plus souvent non) avant de suivre le directeur à petit pas vers les nouveaux types de cellules (repeintes en bleu, en crème mais les fenêtres longues, horizontales, Plexiglas à la place du verre c’est la seule chose, bord cadre, que l’on voit). Peut-être la structure aussi, la vaste étoile dans le champ. Mystère. Oubliées, les images qui défilent le long de l’autoroute tandis qu’on se répète CJD au premier arrêt CJD au premier arrêt CJD au premier arrêt.

Anne Savelli. Franck. Stock/La forêt, 2010.

Mots-clés

ville   Anne Savelli  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi