…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

La forêt, la nuit.

mise en ligne : mercredi 24 janvier 2018

21 janvier 2018

Victor Hugo, dans sa légendaire simplicité, écrivait : "Être Chateaubriand ou rien". Il ne dit pas pendant combien de temps, car en fait il suffisait de lui piquer quelques minutes un bureau, dans sa maison, et d’y jouer le rôle, exposé avec les meubles, carnet en main. Expérience que j’ai réalisée samedi dernier, en toute simplicité bien sûr.

Je reprends.
La Nuit 76 n’a pas été écrite au bord du sommeil [1], sur une tablette, puis reprise le lendemain en ligne sur mon site. La Nuit 76 a été écrite à la main, directement, après deux pages et demi de brouillon, sur un secrétaire ayant appartenu à un certain Mathieu de Montmorency, dans la Maison de Chateaubriand, située dans la Vallée aux Loups, à Châtenay-Malabry. La Nuit 76 n’a pas été écrite dans Tour Velléda [2], mais dans le Cabinet Girodet. Le 20 janvier 2018, pendant la Nuit de la Lecture 2018.

photo AS

Les Nuits 71 et 72 ne sont pas publiées en ligne, mais étaient exposées, avec d’autres, dont certaines en double exemplaire, dans une vitrine [3]. Le public en déambulation avec Anne Savelli m’a questionné sur le processus d’écriture, de publication, de recopiage. On a lu mes Nuits à voix haute. C’était assez extraordinaire, de voir passer les textes de main en main et de les entendre soudain dans l’ambiance tamisée et toujours studieuse de ce lieu.

Pendant ce temps la salle à manger était sonorisée, c’est à réécouter sur le site de L’aiR Nu qui était donc invité ce soir-là. Anne Savelli lira enfin des extraits de son dernier livre À même la peau, accompagnée par Jean-Marc Montera absent mais présent en sons et bruitages.

Réglages, avec Magali Rayer [4]. Photo AS

Écrite en une heure et demie, la Nuit 76 a été lue par Alain Canat le soir même, j’ai pu enregistrer la fin, et lire de mon côté, plus tard, le début.
La photo qui accompagne la Nuit n’est pas celle en tête de cet article — prise le soir même depuis l’étage — mais une autre, du domaine, prise lors d’une précédente visite.

La Nuit 76 ne sera pas publiée sur ce site, ni proposée manuscrite à la commande, mais restera en écoute ici :

Photo extraite de la vidéo de la soirée.

[1] Lire ici.

[2] Où écrivait F.-R. C., située dans le parc, actuellement protégée et fermée, surveillée par un thermo-hydrographe.

[3] La Nuit 72 avait cependant déjà été écrite à la main une fois, et se trouve à Dresde.

[4] merci pour son accueil, à elle ainsi qu’à Véronique Martin-Baudouin, Olivia Sanchez et Suzana Fargues et à toute l’équipe de la Maison Chateaubriand.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi