…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Mlac

mise en ligne : dimanche 28 février 2010

Province Ned Mo

7500 habitants (Mlaquiens)

4km²

Ville éviter ++

Il faut crier pour tout, de tout, sur tout, sur tout le monde. Pour se faire entendre, pour se faire comprendre, pour se montrer, pour se faire oublier, pour se taire. Celui qui ne crie pas se fera hurler dessus. Dans la rue, les passants, les marchands, les enfants, les vieux, les chiens, les rats, chacun crie. C’est bien souvent un cri inarticulé, puissant, déchirant, comme le cri d’un animal sauvage (ours, lion, panda, orque) dont la patte (la nageoire) aurait été broyée par un lourd piège aux dents de marbre. C’est ce cri déchirant là qui sera aussi le vôtre après quelques tentatives. Les mâchoires sont déformées par ce cri continu qui ne cesse jamais, même dans les foyers. Dans une rue d’apparence calme que vous auriez aperçue et où vous voudriez vous isoler pour souffler un peu, vous entendrez, faisant trembler les vitres et les murs, soulevant les rideaux et glaçant le sang, les cris domestiques, peut-être plus puissants encore que ceux de la rue. Très vite, Mlac vous aura, de cris, poussé dehors et à force de crier vous aurez perdu votre voix. Des hordes de Mlaquiens vous regarderons de leurs yeux déformés comme leurs bouches, et crieront après vous, jusqu’à ce que, sourd, vous quittiez la ville.

Mots-clés

ville à éviter  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi