…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Tentative d’épuisement de BFM TV, 4

mise en ligne : lundi 26 mars 2018

22 mars
11:50
"Nantes tensions au sein de la manif"
On apprend dans le bandeau qui dit tout
que Nicolas Sarkozy sera ce soir sur TF1 !
"Le télétravail, remède à la grève"

Cravate bleue chemise mauve il présente la météo
on ne voit pas ses genoux
les courbes dynamiques du système chaotique nous disent l’avenir

la grogne est sociale nous dit le bandeau

une Citroën se gare dans une cour arborée
C5 ou C6 ? C’est quoi ?

BFM-TV est en "haute définition"
Et la pub, et la pub, on attend midi, on pube, on pube
en attendant

Tandis que l’exécutif est "à l’épreuve de la grogne"
quelque part une salle vide, des tables vides, des chaises vides
ça filme sombre
où est-ce ? Une cantine ? Une salle associative ?
La SNCF est en grève, les salles se vident !

La météo est bleue, il est "Midi-15 h"
grosso modo
il y a quatre écrans sur un
pour cette journée où les rues sont pleines de flics et de drapeaux rouges
qui a commencé ?
un journaliste porte une caméra sur l’épaule
l’envoyée spéciale est dans la rue dans le cortège de Sud Rail
elle marche à reculons
tourne un peu en rond
près de la gare de l’Est
à Paris
c’est le départ de la manif
les présentateurs ont changé par rapport à hier
rien à voir
un homme toujours
une femme toujours
l’homme à gauche, la femme à droite
du gris de la barbe des cheveux du rose pêche

Mélenchon au micro d’Elvis Presley a une cravate rouge

"Grève : une extraordinaire ampleur"

Autour de la table centrale du dispositif du midi 15h
grosso modo
deux hommes les mains à plat sur la table
ça va politologiser

dans la rue des drapeaux
Laurent Joffrin dans le studio
Laurent Neumann face à lui
ça va laurentiser à fond

déjà des fumigènes
on prend des photos
on filme
ça bouge pas, c’est pas parti

mais j’écris dans un café
et au comptoir on s’excite sur les grévistes
ces profiteurs qui gagnent beaucoup et ne travaillent pas
et que c’est pas normal
et que même ils en connaissent tous individuellement
et que je te glisse une blague raciste en passant
dans la croyance qu’attaquer un cheminot sur son statut
une infirmière sur ses horaires
va apporter quelque chose de sensible
de calculable
leur apporter quelque chose
alors je dois partir car je suis incapable de dialogue
dans ces cas là c’est pour ça que je ne suis plus militant
garder mon calme est impossible
ils gagnent à tous les coups
je pars

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi