…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Ce matin

mise en ligne : samedi 6 mars 2010

Ce matin dès potron-jacquet, j’ai démarré puis défragmenté la cuisine, rebooté le frigidaire, désinfecté le sol à l’antivirus, sur la vaisselle un coup de RegCleaner a suffit. Dans le salon j’ai ouvert la fenêtre qui a rafraîchi son affichage et rétabli la connexion avec les odeurs et les sensations. J’ai désinstallé les bouteilles vides de la table basse, avant de la formater à l’éponge grattante. J’ai lancé une recherche sur le pain qui serait encore frais et les restes d’apéricubes à mettre au frigo. Frigo dans lequel j’ai dû allouer un peu plus d’espace, en mettant à la poubelle pas mal d’items périmés. Sur ma lancée j’ai parcouru récursivement tous les placards, toutes les boîtes, tous les tiroirs, tous les bacs, tous les meubles, tous leurs étages, pour nettoyer chaque secteur de ses scories. Au bout de plusieurs heures, c’était le soir à nouveau, tout avait l’air réinstallé, comme au premier démarrage. Après ça, épuisé, avec dehors le soleil qui s’éteignait, il me fallait plus qu’une veille, plus qu’une déconnexion, il fallait me couper de tout, il me fallait débrancher, tout en tenant, encore, à cette vie, à ce fil qui m’y relie.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi