…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Tentative d’épuisement de BFM TV, 11

mise en ligne : mercredi 30 mai 2018

3 avril 2018

tout est prévu : c’est le lendemain d’hier sur BFM

François Ruffin député du parti "France Insoumise" tient le micro doré
sur le velours rouge de l’Assemblée Nationale
tandis qu’Edouard Philippe répond déjà en bandeau
que c’est inadmissible d’empêcher les gens de travailler
en bloquant les transports sous-entend-t-il ?
des mains battent derrière le micro du député
"Grève SNCF : l’exécutif interpellé"
"SNCF : Elisabeth Borne répond"
des mains battent encore ailleurs
on voit quelqu’un huer
en médaillon Olivier Truchot
Ruffin François répond depuis son banc
ça hoche ça secoue ça bouge les têtes
à l’Assemblée Nationale
plan large
puis resserré
"quand arrêterons-nous ce dogme de la concurrence ?"
a déclaré le député François Ruffin dans le bandeau

retour au plateau, retour au studio, retour au split-screen
le chef est là, le chef du service politique BFM-TV
ça vous a des petits côtés chef du bureau politique central
on est en direct à l’assemblée c’est écrit

et Edouard Philippe a retiré ses lunettes pour répondre
dans la rue fumée et drapeaux ça marche dans la rue
du côté de Gare de l’est
Elisabeth Borne semble atterrée mais déterminée
Sud Rail agite ses drapeaux jaunes vifs
pour ne pas dire fluos

"Une manif de soutien aux cheminots"

L’envoyée spéciale est dans la rue on la dirait incrustée
tant elle est immobile devant les passant qui passent
en drapeaux en veste en casquette en écharpe
dans la fumée blanche d’un brouillard peut-être poivré
mais personne ne bouche son nez des fumigènes je ne sais
elle est souriante ravie le vent n’atteint pas ses cheveux
elle est à croquer on en mangerait des envoyées spéciales
elle tient un micro anonyme et noir
un co-président d’un groupe UDI dans un bâtiment so public
nous parle au micro BFM bleu reconnaissable
il se tient droit le crâne rasé
on n’en mangerait pas du tout de celui-là
tandis que le premier Ministre donne des coups
dans le vide
du tranchant de la main
aïe
des députés atterrés assis dans le velours
écoutent
Philippe Premier Edouard Philippe qui place un point sur chaque i
toutes les secondes c’est impressionnant
quand on sait que cheminot ne compte qu’un seul i et grève aucun
ses mains disent que tout ça vraiment non il faut mettre les barres au t
et là un point, pic !
et de un et de deux pouce et index et de deux ça dure
et de deux

le présentateur de gauche l’homme donc est hilare mais t’as pas idée
devant la Gare de Lyon : rien, juste l’envoyé spécial au micro BFM bleu
pas un gréviste pas un voyageur, il risque rien lui
il a tenté une barbe Edouard Philippe mais s’y est pris tard
seulement samedi je pense
alors qu’il aurait dû commencer jeudi !
il compte les RER présents et les absents
il fait des sortes de statistiques sur leur nombre
des fractions
devant des images du matin de quais bondés qui débordent
sur les rails
oh que cela n’est pas bien

BFM a un journaliste par gare de France c’est pas possible
de vrais petits cheminots du journalisme
ils comptent les trains absents
ils comptent le vide
celui-là est à Lyon
où le trafic a été "très perturbé" ça alors
ils sont partout où ça s’arrête pour produire le flux d’informations qui ne s’arrête pas

un pourcentage : 48% au lieu de 36% le 22 mars
de grévistes "chez les agents indispensables à la circulation"
puis l’on passe au "coût" de la grève
avec le "consultant transport BFM-TV"
qui parle cheveux dans le vent sur le plateau avec en incrustation des images de gens qui traversent les voies
oh que cela est mal

il y a un consultant pour tout chez BFM
qui ne s’arrête jamais
et nous parle toujours
à l’oreille
(même si je n’ai pas le son)
d’ailleurs en médaillon Olivier Truchot annonce :
sa BFM Story à 18 h
c’est une "story" sans doute pour dire qu’il n’y aura pas d’histoires
enfin

Soudain le feu sur le bitume
on a enflammé quelque chose
fumée noire
dans la "manif de soutien aux cheminots"
caméra à l’épaule qui bouge
devant Century 21

on est 16:18 direct
et le journaliste cravate parle comme s’il était dans la manif
sur le plateau image incrustée derrière lui
mais c’est Virginie Sainsilly qui est sur place
image fixe des gens qui marchent
évitant les flammes
l’envoyée spéciale hors-cadre

convoi cortège FO passe en drapeaux rouges
Virginie Sainsilly est "dans le cortège" en direct
la journaliste chemisier bleu
au chaud dans le studio
mais dans la manif par le cadrage
pose une question et la caméra bouge
des CRS devant une vitrine cassée
Assurances et placements
MMA
une quinzaine de CRS garde la vitrine cassée
BFM tourne autour
des hommes en armure

maintenant que la vitrine cassée a été trouvée
c’est
l’heure
de la pub !

retour à la météo
en pantalon noir et haut rouge
le bandeau Alerte info : "des magasins ont été dégradés"
façon : "on les tient !"
la présentatrice apporte la pluie de l’est
d’un geste vengeur

le bandeau titre reprend en gros : "des magasins saccagés"
avec les deux points de rigueur
"manif de soutien" deux-points "des magasins saccagés"
conséquence établie
il a fallu deux minutes de l’image-info à la conclusion-titre
on a plié la journée chez BFM

la puissance de ces deux-points

dans la manif d’ailleurs
voilà
les parapluies sont sortis
il pleut
vengeance !

cirés et parapluies
au sec dans le studio
on doit parler de ces magasins dégradés
on voit d’ailleurs les flammes
et il ne pleut plus
la vitrine à nouveau il ne pleut pas
zoom sur les bottes policières foulant le verre cassé
Ruth Elkrief va recevoir — médaillon
Laurent Brun un cheminot CGT à moustache et austère
bandeau et sous-bandeau à l’unisson : dégradations
capuches cirés et parapluies
ah si, il pleut
et ça semble bien fait !
comme deux-points filmiques
d’ailleurs les CRS s’assemblent quelque part
et c’est pas une vitrine qu’ils vont casser
(je cherche le script)

marche à l’arrêt
des bras croisés
dans le cortège
"SNCF : heurts en marge d’une manif" titre-t-on maintenant
"images en direct"
de plus en plus grises et brouillées

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi