…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Margantin, Laurent. Le Chenil.

mise en ligne : jeudi 13 septembre 2018

page 85
[...] et à travers la voix de la mère je le voyais, un homme massif une silhouette lourde qui travaillait dans la forêt bûcheron disait la mère un peu braconnier, je le voyais marcher dans la forêt s’enfouir sous les feuillages et disparaître, écoutant la mère je le voyais toujours de dos s’avancer sous les arbres silencieux s’éloignant il ne venait jamais vers nous il ne revenait jamais et en effet il n’était jamais revenu il était parti vivre dans la forêt sans doute y était-il heureux disait la mère qui semblait émue malgré sa voix devenue froide et la colère qui la faisait parfois trembler, va dans la forêt disait-elle va dans la forêt et tu retrouveras ton père disait la mère, je l’écoutais je la regardais attentivement explorant son silence après qu’elle eut dit ça je creusais une galerie profonde dans son silence si étonnant, il n’y avait pas un bruit dans la maison cela dura plusieurs minutes pendant lesquelles la mère ne dit pas un mot puis on entendit un chien gueuler dehors alors la mère bondit de sa chaise furieuse ouvrit une fenêtre et gueula à son tour.

Le Chenil. Laurent Margantin. Œuvres Ouvertes/EdiLivre, 2014-18.

Mots-clés

Laurent Margantin  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi