…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Une recette du dixième, pour l’été.

mise en ligne : jeudi 18 mars 2010

D’un cri, saisissez 2312 kilos de touristes desquels vous aurez préalablement égrené les Lonely Planet et autres Routards.

Émincez 1821 kilos de banlieusards qui veulent se croire du quartier.

Exprimez de leurs appartements et studios étroits 2967 kilos d’indigènes du dixième (moitié étudiants moitié trentenaires sans enfants), et si ça ne passe pas, beurrez couloirs et cages d’escalier.

Battez l’ensemble avec du pain, vin, fromage, vin, chips, vin.

Réduire en incorporant 85 décibels de prune (d’un côté du plat) et 96 décibels de cheddar et ses gobelets plastiques de bière (de l’autre côté du plat).

Ajoutez un grand tag mural, en pignon, et quelques accords de guitare.

Versez enfin l’eau croupie et ses nuées de moustiques, dans laquelle vous répandrez en pluie quelques tongs, espadrilles, tire-bouchons et téléphones portables.

Laissez reposer jusqu’à 2h22 du matin, et dégustez l’émulsion ainsi obtenue, délicieux pique-nique tête de bois à la belle étoile.


*
Texte écrit dans le cadre de la série d'atelier sur la ville animé par Pierre Ménard, et pour une lecture organisée par Mardi ça fait désordre. Lire les textes de tous participants à l'atelier.

Mots-clés

atelier   ville  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi