…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Camon, Ferdinando. La Maladie humaine.

mise en ligne : vendredi 26 octobre 2018

"Se mettre à l’abri" est pour moi un terme fondamental, parce que je suis d’origine paysanne et que les paysans "se mettent à l’abri" des orages en courant sous le porche, pour avoir quelque chose sur la tête. "Ça cogne", disent-ils en écoutant les tuiles résonner sous les coups de la grêle. C’est pourquoi "coups" est aussi pour moi un terme fondamental. Fondamental veut dire en rapport avec ce qui me fonde, qui est au fond de moi et sur quoi je me fonde : si vous m’ôtez ces mots-là, je ne tiens plus debout : c’est comme ôter les piliers sur lesquels se déchargent le poids d’une coupole. Pour que je me serve d’une autre expression que "se mettre à l’abri", il faudrait que j’aie d’abord subi un traitement linguistique comparable à un lavage de cerveau, une expropriation affective et morale qui me laisserait vide et donc susceptible d’être conquis par des mots nouveaux. Je ne prétends pas que ce phénomène soit inconcevable : on a même pu l’observer chez nous sur une très large échelle, quand des millions d’hommes ont été aspirés des régions les plus pauvres vers les plus riches, et contraints à un mode de vie et à un langage différents de ceux qu’ils avaient appris en naissant. À présent, on les rejette par générations entières, si bien que retournant sur leurs terres d’origine ils parlent une langue étrangère qui n’est pas assortie à leur âme : tel un cœur artificiel, réglé par transistors, qui dans les moments de colère ou d’effort n’irrigue pas suffisamment et provoque la syncope. Le remplacement du cœur naturel par un cœur artificiel, voilà l’événement le plus grave de notre histoire des dernières décennies. Aucun journal ne le signale, ils parlent tous d’autres maux : comme si, devant un infarctus, les médecins se préoccupaient en priorité des hémorroïdes du malade.

La Maladie humaine, Ferdinando Camon. Gallimard, Folio, 1984. Traduit de l’italien par Yves Hersant. (La Malattia chiamata uomo. Garzanti Editore, 1981)

Mots-clés

Ferdinando Camon   psychanalyse  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi