…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Arendt, Hannah. Culpabilité organisée et responsabilité universelle.

mise en ligne : lundi 29 octobre 2018

L’homme de la foule [...] ce dernier avatar du "bourgeois", est un phénomène international ; et nous ferions bien de ne pas le soumettre à trop de tentations dans notre certitude aveugle que seul l’homme de la foule allemand est capable de si redoutables exploits. Ce que nous avons appelé le "bourgeois" est l’homme moderne des masses, non dans ses moments exaltés d’excitation collective, mais dans la sécurité (on pourrait dire aujourd’hui dans l’insécurité) de son petit domaine privé. Il a poussé si loin la dichotomie entre fonction privée et publique, entre sa famille et son métier, qu’il n’arrive plus à trouver dans a propre personne le moindre lien entre les deux. Quand son métier l’oblige à tuer des gens, il ne se considère pas comme un meurtrier, car il ne l’a pas fait par inclination, mais dans le cadre de son travail. De lui-même, il ne ferait pas de mal à une mouche.

Si nous disons à un membre de cette nouvelle classe de professionnels produite par notre temps qu’il est comptable de ce qu’il a commis, il n’éprouvera d’autre sentiment que celui d’avoir été trahi.

 

Hannah Arendt. Extrait de "Culpabilité organisée et responsabilité universelle" (1945. 1989 trad. A.-S. Astrup, C. Habib, C. Lentz) in Culpabilité et terreur, Payot 2017.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi