…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Il pleut à bouteille

mise en ligne : mardi 20 août 2019

18 août 2019

Mon voisin, au village [1], disait qu’il pleuvait à bouteille quand la pluie faisait de ces grosses bulles dans les flaques. Pleuvoir à bouteille, je lis que dans la région champenoise c’est simplement pleuvoir à verse. Mais dans son explication, le voisin disait que ces grosses bulles comme quand on vide une bouteille dans l’évier avec un gros bruit de goulot, ça veut dire qu’il va encore pleuvoir le lendemain. Et ça a toujours marché, et ça marche encore, ici en région parisienne, cette observation. S’il pleut à bouteille, et donc que des bulles se forment dans les flaques, dans les caniveaux — de belles bulles bien rondes, assez grosses aussi, typiques, d’environ 4 centimètres de diamètre — il pleut toujours le lendemain. Mais il peut pleuvoir le lendemain sans qu’il ait plu à bouteille. Je me demande si une étude scientifique a déjà expliqué ça, ou si au contraire mes observations sont complètement erronées. Je me souviens aussi de l’horizon du soir, juste après le coucher du soleil, en automne ou en hiver, s’il est rose fuchsia, c’est qu’il gèlera le lendemain. Pareil, jamais démenti. Il peut geler sans ça, mais si le soir est rose, il gèle pendant la nuit. Je crois que ça ne marche qu’ici, disons de l’Île de France aux Ardennes, à la Picardie et au Nord, peut-être jusqu’en Normandie, en Touraine, mais pas plus loin, je ne sais pas.

[1] au village réel, disons.

Mots-clés

campagne   pluie   eau  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi