…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Écrire après

mise en ligne : jeudi 22 août 2019

21 août 2019

Comment écrire après avoir terminé un roman ? Comment se remettre à écrire, commencer quelque chose de nouveau, quand on a terminé un texte, qu’il a même été relu, plusieurs fois, corrigé, amendé, ajusté, resserré, qu’il approche de l’impression finale et qu’on n’a plus rien sur le feu ?

Dans mon cas je viens de terminer, sur ces quelques mois, non pas un, mais quatre livres. L’Homme heureux (dont il est souvent question ici), Quelques ciels (qu’on a pu lire sur Twitter, certains soir il y a 2 ans et dont je ne sais pas quoi faire, pour moi c’est un livre mais il ne fait que quelques pages), Quelques divans (que mes abonné.e.s ont pu découvrir ici, qui est lui aussi sans doute un peu maigre pour l’édition (une cinquantaine de pages à peine)), et enfin À travers champs qui sort en septembre (écrit avec Anne Savelli pour L’aiR Nu et ses Villes passagères). Je pourrais aussi ajouter Les Nuits (qu’on connait, à commander, qui viennent d’ici) que j’aimerais voir en livre sur beau papier, illustré pourquoi pas, petit objet. Mais je ne sais pas du tout quoi en faire, à qui l’envoyer, je suis perdu et tétanisé comme devant un document de demande de bourse, de résidence.

J’ai donc terminé tout ça, n’ai rien en cours, strictement rien, tout s’est terminé en même temps et c’est un peu le vide. L’angoisse de la page blanche, pour moi, ce n’est pas avant d’écrire, mais après, quand il n’y a plus de page.

Heureusement que j’ai ce journal éclaté qui me permet d’écrire quoi qu’il arrive. Et ce récent espace sur Remue.net où je fais dialoguer programmation et écriture ; peut-être concentrer mes efforts dans ce dialogue, qui peut rejoindre ce que je propose en fac de lettres à Poitiers, Cergy, ou Marne-la-Vallée, et voir ce qu’il en sort. Et puis bien sûr L’aiR Nu qui continue l’exploration des villes passagères et surtout a une nouvelle commande de texte pour l’hiver. J’utilise aussi ce projet urbain et littéraire pour poser quelques réflexions sur écrire la ville, c’est quoi.

Finalement, je ne sais plus ce que je disais. De quoi je me plaignais ?

Mots-clés

villes passagères   écrire   temps  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi