…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Silence nationale

mise en ligne : lundi 26 août 2019

25 août 2019

Lecture en cours de 77, de Marin Fouqué, publié ce mois-ci chez Actes Sud. Ça fait plaisir de lire un livre récent dans lequel les phrases tiennent jusqu’au bout de la ligne, comme disait Maryse Hache. C’est le 77-sud, pas le nord que je connais en ce moment, en particulier pour les villes passagères, mais celui de la résidence de L’aiR Nu il y a 3 ans (bientôt 4), communauté de Moret-Seine-et-Loing — et je vois bien ces étendues vides, les silences entre le bruit des voitures qui sort de la torpeur, quelque chose plat et intrinsèquement poétique comme au Nord finalement (mon Nord à moi je veux dire), et avec L’aiR Nu, il se trouve qu’on avait senti ça — quelque chose de ça, disons — et en le lisant je me dis qu’on ne s’est pas trompé (même si à la communauté de communes, ça n’a pas trop plu, notre livre). Bref, Marin, je l’ai croisé l’an dernier à Argenteuil, une perf qu’il avait donné et qui avait donné (ça cognait), à voir/entendre ici et j’avais lu Village ignorant que son roman, 77, s’écrivait, avec des échos, entre celui-ci et celui-là, de village à nationale, d’attente et de silence en terre et fourrés, un pylône, un chemin, un champ, la terre. Bref, j’ai beaucoup de tendresse pour ce livre. Et les dernières pages, très fortes, je le vois les performer au micro, tellement.

Le silence du 77, il devient insoutenable la nuit. La nationale qui retient son souffle et les pylônes qui grésillent comme une main appuyée sur une plaque allumée. Haute tension. On attend le cri.

J’ai mis plus d’extraits sur cette page.

*

Ce lisant, je vois que LA RENTRÉE LITTÉRAIRE™ (cf. ici) met en avant plus de premiers romans ; il me semble. Ça veut dire : les journaux, les librairies. Il y a toujours l’effet d’entonnoir, où on va retrouver les mêmes romans "attendus", les mêmes romans "polémiques", les "mêmes" premiers romans, mais j’ai l’impression d’un mieux ; toute chose égale par ailleurs car tout ceci reste très "rouleau compresseur".

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi