…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Miracle d’une transformation

mise en ligne : lundi 29 mars 2010

Car il suffit d’appuyer sur un bouton, ou d’en tourner un. Une soufflerie, lumineuse, se déclenche, le plateau où la nourriture est déposée tourne dans la lumière et il est possible, à travers une grille que l’on suppose de protection, de suivre le spectacle de la « cuisson ». Chacun vous le dira, ça ne cuit pas. C’est autre chose. Ça réchauffe. Ça chauffe. Ça prépare. Ça décongèle. Mais ça ne cuit pas. Certains mêmes le savent parfaitement : ça agite les molécules d’eau. Mais le miracle est là : ça sort fumant par le miracle du mouvement exalté de molécules invisibles. Et même ça ne fume pas toujours mais c’est plus bouillant que bouillant et chacun connaît bien ces mises en garde. Remuer et laisser refroidir une minute. Pas de métal. Pas d’animaux. Ne doit jamais tourner porte ouverte et pour cela une sécurité existe, à part les possesseurs d’un certains modèle samsung gris métal en vente voici quelques années pour seulement soixante euros, c’était vraiment donné pour un modèle combiné avec un grill, sauf qu’il tourne porte ouverte. Après tout, ces petites ondes, c’est quoi ? L’onde est à nous mais quelle est-elle ? Elle est sans doute frémissante, blanche et microscopique, comme un invisible serpentin qui s’immisce dans la nourriture pour en réveiller les atomes figés. Alors imaginez, la porte ouverte ! Les cellules des yeux et du cerveau bouillies par l’eau qu’elles contiennent ! Non, bien sûr et l’étanchéité de la porte et tout le matériel sont bien évidemment de solides remparts contre toute atteinte corporelle. Alors même si tout ce contenu mécanique, électrique, et même autre, peut-être, qui sait, est mystérieux, ce qui compte, au fond c’est la magie du résultat, le fait de s’en remettre à une force supérieure qui est contenue là, quelque part enclose dans le métal de notre précieux objet et qui, peut-être, par moment, quand le plateau tourne sous la lumière filtrée par la grille dite protectrice, s’échappe et vient réchauffer un peu nos cellules nerveuses esseulées.

Mots-clés

techno  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi