…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Bergounioux, Pierre. Catherine.

mise en ligne : lundi 5 avril 2010

Page 147

Il était gêné par le poids qui lui comprimait l’abdomen. Il s’étonna d’y découvrir le Mauser et lui-même dans cette étrange posture. Il avait l’esprit tout occupé d’images qu’il fut incapable de ressaisir. Mais sous ce vide qu’en fuyant elles avaient laissées, il discernait le brouillard, la nage dans la rivière froide, la fuite à travers bois, figés, accomplis quoique à peine passés. Les deux autres n’étaient jamais qu’à cinquante pas. Il ne comprenait pas son geste, d’être revenu là, directement ou presque, au risque d’être à nouveau tiré. J’étais fatigué. Puis il tressaillit. Le picotement désagréable lui traversa la poitrine et le bras. Il ne s’était sans doute pas réveillé tout seul. Quelque chose, qui s’était perdu avec les images dont il était si fort occupé en dormant, avait dû lui parvenir dans son sommeil et l’en arracher. Il retint son souffle. Il se sentait étrangement las et alerté, engourdi et tendu, prêt de nouveau à bouger, courir, nager pour préserver de la destruction l’organisme fatigué qu’il avait laissé quelques secondes auparavant contre la cloison.

Il crut percevoir un pas pesant, à trois mètres au-dessous, dans la salle à manger. Il écoutait, le visage dressé, éperdument. Je me suis trompé. Le silence s’étirait puis la vibration sourde monta encore. Une peur inconnue lui coupa le souffle, le paralysa. Il avait la tête vide. Il se brutalisait. Il pensa à Catherine qui n’était plus qu’à quelques heures de lui. Il serra l’arme pesante et se redressa doucement. Il était en chaussettes. Il glissa sur le palier et pressa le commutateur.

Pierre Bergounioux. Catherine. Éditions Gallimard, 1984.

Mots-clés

Pierre Bergounioux  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi