…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Changer d’ordinateur

mise en ligne : dimanche 18 avril 2010

Changer d’ordinateur, changer de clavier, changer de contact avec les touches, changer de contact la vue, l’écran est différent, les applications changent, la lucarne est différente, le texte s’écrit toujours sur page blanche, dans un bar où, à nouveau, j’entends et écoute, c’est un entretien qui a lieu pour du théâtre, un comédien ridé, hâlé, nous diront ancien ou expérimenté, semble embaucher un jeune, 31 ans, et l’on y parle du père absent ; qu’en tapant ces mots j’écris d’abord « parle », j’écris « parle » au lieu de « père » tandis que le jeune comédien parle à l’ancien du père qu’il n’a pas connu lorsqu’il était enfant, mais adulte, c’est à dire trop tard, c’est à dire pas, c’est à dire manque ; et j’écris ici dans ce bar sans musique, pas de radio qui couvre les mots, je m’éloigne de leur conversation, préfère la leur laisser, et tape comme au hasard et sous mes yeux l’écran s’encre de pixels au bruit mat et discret des touches que je m’aperçois être rétro-éclairées, pourquoi ?, pour me guider ?, pour éclairer mon passage de mots dans l’univers bleu étoilé servant de fond d’écran ? Fond que je vois là, sur les côtés de la page, qui semble découper sa forme mais c’est peut-être l’inverse, et ce fond d’écran je n’ose pas le changer, je ne sais pas mettre une autre image à la place et si je savais je ne crois pas que j’essaierai. Cette page qui ligne à ligne se stratifie sous mes yeux comme des filées d’étoiles que je poursuis... Changer de support et d’outil, apprendre, réapprendre, ne pas savoir bien organiser polices et paragraphes, interlignes, me voilà à écrire au kilomètre, je ne vois pas le bas de la page, je ne sais même pas si c’est du format A4, la page semble infinie, et tous ces pixels qui s’assemblent, sans limite, sans que je sache d’où ils viennent, ni ce qu’ils forment, sand is overrated, it’s just tiny little rocks.

Mots-clés

écrire   temps   cinéma   techno  

1 Message

  • Changer d’ordinateur 18 avril 2010 11:58, par F Bon

    liberté du travail mental parce que les doigts nous débarrassent de la trace, et quand il faut réapprendre les doigts c’est tout le mental qui est en peine – et si justement c’était important de provoquer régulièrement cette traversée amont ?

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi