…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Écrire de sommeil

mise en ligne : jeudi 13 mai 2010

Il m’arrive de me croire trop fatigué pour écrire. Il est tard, tombe de sommeil, le livre que je lisais où sont les mots, n’en sais rien, alors prendre un clavier. Livre ou écran, écran que je lisais, où sont les mots, derrière le vibrant de l’écran, mes yeux scintillant sous la nuit. Il m’arrive de croire ça et aussi j’écris de sommeil. Pourquoi pas. Écrire tout de même. Mais parfois pas. #regret dirait-on ailleurs. Un regret universel, comme partagé, compris. Alors qu’il est solitude. Au cœur de la #nuit. Impression d’écrire comme après boire, la tête, son mouvement de retard sur la pensée du mouvement ; de là un mot tapé au clavier (pas papier car trop lourd, stylo – tombe), aussi, lui, décalé (déplacé plutôt). Pas à sa place ce mot là s’impose et de sommeil moi, j’accepte moi je poursuis mon chemin d’hébétude, comme si sur des rails que mon poids et mon mouvement déforment en virages imprévus – métal mou comme le sommeil éveillé, pas de ballast, et traverses mobiles pour aider de rêve qui change à chaque direction. Comme écrire lors d’un rêve, un rêve d’écriture. Papier, encre, et signes illisibles mais lus, poids de la main, poids sans fin qui s’enfonce où ? Ratures partout lisibles, feuilles froissées, lecture relecture de peut-être un mot ou deux, oubliés au réveil (le déchiffrage seul souvenu) et – fin.

Mots-clés

écrire   nuit   twitter (facebook)   corps  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi