…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Espagne, 1937

mise en ligne : samedi 16 janvier 2010

La montagne est si belle
Sous le soleil de ces latitudes
Ta peau est vermeille quand le soir sombre

Les fruits sont promesse et le miel
De sapin sent bon l'altitude
En ces hauteurs tout me comble

Le mois de Mai me rappelle
A ton corps qui se dénude
Chaudes les journées sont longues

Qu'est devenu ce pays
  Qui refuse mes habitudes
  Les visages sont voilés d'une ombre
Qu'est devenu ce pays
  Où sont les frères que j'ai connus
  La liberté n'est plus là


La montagne est si belle
Mais les ordres sont venus
Pour faire sauter ce pont

«Tu m'as tenue» me dit-elle
«À l'écart et ça n'est pas juste
Car je n'ai pas peur des bombes»

Pourtant bientôt je me rappelle
Que tout ceci n'est qu'un prélude
Avant que les amants ne s'estompent

Qu'est devenu ce pays
  Qui refuse mes habitudes
  L'avenir est voilé d'une ombre
Qu'est devenu ce pays
  Où sont les frères que j'ai connus
  Je préfère tuer ceux-là


Ma blessure est éternelle
Pourrons-nous fuir l'armée qui nous traque
Pourrons-nous faire sauter ce pont

Aujourd'hui tous ont revêtu
En pensant que c'est un triomphe
L'uniforme de la servitude

Mes camarades ont de l'avance
Sous les pins vais-je assez tenir
Pour tuer un ou deux fascistes

(Inspiré de For whom the bell tolls/Hemingway)

Espagne 1937
Paroles : (c) 2009 - Joachim Séné
Musique : (c) 2009 - Oncle Œdipe

Mots-clés

espagne   Oncle Œdipe   Ernest Hemingway   guerre  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi