…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Sans

mise en ligne : dimanche 13 juin 2010

Sans téléphone sur moi, j’ai l’impression que je pourrais disparaître.

Tu tournes, sur la rocade, en rond, périphérique au cœur.

La route, elle ignore le cri.

Nous nous croisons parfois, aussi souvent que nous marchons de concert.

Vous prenez, sans savoir donner, ni recevoir.

Ils revendiquent entre eux, dans le silence de leurs mots entrechoqués.

Mots-clés

identité  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi