…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Regarde

mise en ligne : dimanche 20 juin 2010

Je n’ai jamais autant donné que ce que je me suis arraché de force.

Tu me regardes passer, sans penser regarder.

Elle partage sa tristesse, pas sa douleur.

Nous faisons mot de tout bois.

Vous, vous partez sans payer de dette.

Ils préfèrent fermer les yeux sur le ressentiment qui coule en eux.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi