…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Peignot, Jérôme. Histoire et art de l’écriture

mise en ligne : vendredi 2 juillet 2010

Préface, page XXVII.

Certaines voix se sont élevées contre l’excès de rigidité de notre typographie. Sans doute pour avoir essayé de lire en vain l’œuvre complète de Jean Paulhan publiée en Univers chez l’éditeur Tchou, Dotremont se demandait si "dans la mesure où elles tuent la moitié de l’écrivain, en tuant son écriture, il ne faudrait pas s’élever contre la dictature de l’imprimerie et de la dactylographie". Bien sûr, même aux fins d’aboutir à une œuvre plastique de qualité, il ne saurait s’agir de prôner l’idée d’une écriture déformée au point où Dotremont travestit la sienne. Pas davantage, de viser à une écriture entièrement ligaturée. Bien que celle-ci ait été pratiquée par les Grecs à des fins esthétiques, tout comme l’isolement des lettres les unes par rapport aux autres, la coupure est une conquête de l’esprit. Les chatoiement de la dialectique graphique jouent leur rôle dans l’établissement du sens. Cette écriture harmonieusement ligaturée est à notre portée. Pour venir à bout de la réaliser, conduite à l’aide d’une mémoire d’ordinateur, une étude préalable serait nécessaire qui permettrait de définir avec précision celles des ligatures qui, finalement, conviennent le mieux à notre langue. On en arrive ensuite à imaginer comment il faudrait opérer.

Marcel Cohen et Jérôme Peignot, Histoire et art de l’écriture. Bouquins, Robert Laffont. 1958, 1963, 2005.

Mots-clés

Marcel Cohen   Jérôme Peignot   écrire  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi