…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Inculquée, par Cécile Portier

mise en ligne : vendredi 5 novembre 2010

Je suis inoffensive. Sous mes dents : bouillie. Tout m’est pré-mâché. Je prends comme ça vient, je m’en contente. Bouillie on me donne, bouillie je mange. L’idée de la chair, de sa résistance, je fais comme si je ne l’avais pas. Jamais jamais je n’ai eu à déchirer, arracher. Jamais à mastiquer. Jamais à rogner, plus près, toujours plus près de ce qui est dur, de ce qui est goûteux. L’idée du goût, même, je ne l’ai pas. L’idée du goût, et de la violence qu’il faut pour le prendre pour soi. Tout cela on ne me l’inculque pas. Entre ce que j’ingurgite et moi, il y a toujours ces belles médiations rondes et creuses, paille et petite cuillère. Je n’entame le monde qu’à petites succions, petites recensions. Je suis bien nourrie, je ne manque de rien. Suffit de demander, ça arrive. Je demande souvent, d’ailleurs, de plus en plus souvent. Avec mon sourire à quenottes je peux passer pour une goulue sans faire peur. On augmente chaque jour les quantités à me donner, on ne compte pas. Mais moi je compte. Je compte la quantité de ma faim que jamais rien n’abrège et qui grandit plus vite que moi. Je compte le monde en bouillie qui s’amenuise, et qui bientôt ne me suffira plus. Dans l’ombre même de mes os, je cultive un bataillon désordonné qui attend son heure.


 

 

 
*

 

 

Vous venez de lire un texte de Cécile Portier, Petite Racine, chez qui vous pourrez lire mon texte, pour les Vases Communicants : ’’le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.’’

Autres vases de ce jour, vendredi 5 novembre 2010 (liste suivante peut-être pas à jour, voir ici la plus à jour) :

Anne Savelli et Christophe Grossi

Pierre Ménard et Daniel Bourrion

Lambert Savigneux et Isabelle Butterlin

Marianne Jaeglé et Olivier Beaunay

François Bon et Bertrand Redonnet

Kathie Durand et Nolwenn Euzen

Landry Jutier et Jérémie Szpirglas

Anita Navarrete-Berbel et Loran Bart

Juliette Mezenc et Christophe Sanchez

Murièle Laborde Modély et Sam Dixneuf-Mocozet

Urbain, trop urbain et Scritopolis

Piero Cohen-Hadria et Brigitte Célérier

Mots-clés

corps   écrire  

3 Messages de forum

  • Inculquée, par Cécile Portier 5 novembre 2010 13:29, par brigitte Celerier

    bel échange que le vôtre, euh juste avec pointe de terrible

  • Inculquée, par Cécile Portier 5 novembre 2010 14:11, par petite racine

    La pointe de terrible est sur la canine

  • DÉRANGEANT ET SAVOUREUX 8 novembre 2010 09:32, par Pascal Perrot

    Dérangeant, savoureux, subversif sans avoir l’air y toucher, sans excédent de mots inutile, je trouve ce texte absolument remarquable dans sa terrible concision.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi