…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Photon de texte

mise en ligne : dimanche 6 février 2011

31 janvier 2011

Éblouit de soleil, s’imaginer photon et se demander : le photon est-il éblouit ?

Et puis qui sait ce qu’est un photon ? Onde ou particule ?

Onde, l’eau se sent-elle humide ?

Particule, le photon heurte-t-il durement le monde ?

 (Le photon errant, à contre-jour.)

Les deux, tout à la fois, dit-on. Aucun paradoxe à être double, pour le photon.

Risque alors, pour ce poids, de couler, dans l’onde. Ou pire : hors l’onde.

Néant logique.

Le photon est électromagnétique, aussi. Quels pôles opposés… ?

Il est onde radio, lumière qui s’écoute, note qui s’écoule. Quel chant murmuré ?

Fréquence, mesure d’un battement qui, comme la musique sur portée, ne dit rien de l’émotion transmise.

Et pour nos gestes ? Ceux devinés seulement alors que, dans la lumière, rien ne bouge ?

Surface du geste, les mots qu’il recèle, qui d’autre devine l’ombre ?

Et qui est "autre", qui est "sujet", alors, dans l’entre-jour étroit ?

L’objet semble connu, dit-on. Mais le sujet n’y entend rien, croit-on.

Et l’onde continue d’inonder tout, réfléchissante ou ombrageante obsession. Leitmotiv sinusoïde. Poésie, litanie.

Mots-clés

paradoxe   air  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi