…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Longtemps,

mise en ligne : lundi 7 février 2011

5 février 2011

C’est souvent le soir, au moment où le sommeil va venir, qu’il n’est pas encore là, que des textes s’écrivent, un facile flot de mots, une dictée.

Ce moment, je viens de refermer un livre sans même m’en rendre compte. Je ne suis pas encore certain d’avoir les paupières closes et les mots se prononcent dans mon cerveau embrumé que le sommeil attire à lui.

Ce moment : "mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. »" C’est celui-là, l’écriture comme un songe facile dont on est certain de se rappeler ensuite, aussi solide que les volumes de La Recherche, il n’y a pas de raison, l’ouvrage s’écrit sur un moment, ce moment.

Ce sont des phrases claires, sur lesquelles je peux même revenir corriger une ou deux aspérités, qui se dictent. Il me suffirait de les écrire mais mon corps est trop fatigué pour bouger, se lever, aller jusqu’au clavier, relever l’écran saisir le mot de passe, ouvrir un document et taper ces mots. Trop fatigué même pour attraper carnet et stylo.

Ce sont des textes qui passent au seuil du sommeil, gardiens éphémères d’une nuit d’écriture oubliée.

Mots-clés

temps   corps   nuit   écrire  

1 Message

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi