…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Rêve d’encre

mise en ligne : lundi 14 mars 2011

10 mars 2011

il y a les dessins au téléphone, qui sont très bien vus, acceptés partout, bien plaisants pour tout dire, on en fait même des livres,

dessinés dans la solitude, ils tiennent à un fil, qui aura bien vite fait de lâcher et ils disparaîtront aussi vite qu’ils étaient sortis de l’esprit, sans témoin,

mais il y a les dessins à table, un autre dîner, tandis que les convives conversent, sur un coin de nappe vous laissez aller le stylo aux vibrations des voix,

vous traduisez sans le savoir le sous-discours qui fait trembler l’encre et la nappe sous la bille, insensiblement sensible,

vous représentez, sans les comprendre, leurs pensées les plus inavouées, les désirs entrecroisés au-dessus de l’entrecôte, et tus par bienséance,

mais qui peut-être se déchaîneront la nuit dans des rêves ou des ébats quand le mauvais prénom est susurré,

vous les laissez apparaître au grand jour dans les volutes de vos esquisses, ce que la chimie des corps échange au tintement des couverts,

sur la surface du parfum des alcools,

ces dessins, aperçus par les autres, quand vous aurez fini de recouvrir la nappe et que vous aurez commencé à dessiner à même leur peau,

ces dessins là seront niés, moqués, ignorés d’un regard détourné, comme invisibles, mollement repoussés, dans un soupir tactile,

pourtant vous continuerez à recouvrir leur corps de traces, plume en main, les habits en boule sous la table, nus baignant dans l’encre,

rature sur l’épaule et même en frottant rien à faire rien ne s’efface, même en frottant, en léchant, rien à faire, tout reste et

les boucles bleues recouvrant les seins, les sillages géométriques marquant sur les cuisses le chemin vers les coloriages d’espaces vierges touchant des zones jamais soupçonnées,

les frissons feront trembler les lignes, les halètement caresseront les virgules prises entre deux doigts, certains points à vue d’œil grossiront,

et puis bientôt plus d’encre, il faudra d’autres fluides et

Mots-clés

corps   rêve   voix  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi