…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Veille

mise en ligne : samedi 9 avril 2011

8 avril 2011

6h40, je vois les lampadaires qui montent encore la garde, j’ouvre la fenêtre et leur crie : "éteignez-vous, c’est bon ! Je suis levé et le jour a bleuté les rues ! Éteignez-vous !"

6h41, Tout ce que j’obtiens c’est une fenêtre qui s’allume dans la boîte de l’immeuble d’en face.

10h37 Comme l’écho lointain d’un cri minuscule, devenu syllabe tonitruante.

15h12 La lumière rend les feuilles couleur de bonbon à la pomme.

17h05 Dans la ville, vous êtes : directions convergentes, souterraines, murmurées.

20h52 Fin de calcul de charge d’exploitation sur structure inconnue, fluctuante, prenant des directions non précisées.

23h02 Les lampadaires veillent toujours mais, différemment, comme relâchés, bien que toujours droits et ancrés. Comment les comprendre ? Quels rêves traversent leur vision iodée ?

j+1 et quelque minutes Désert sonore.

Mots-clés

ville   temps   lecture   nuit   jour  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi