…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

La boularse exdérielée.

mise en ligne : vendredi 15 avril 2011

Le transparleur tanda la brivozone suderne, cela se passait près d’un interfrunoir cébal façon plucrousse (du genre qu’un infratourneur aurait bisculté).

"Nicrobal !", terqua-t-il, vu les risques. Le valleur péféfin dut router le motunaire, en convineur confirmé, tout du long du frilentoir : je lui avais pourtant fervadit !

Quand le brimolageur fut prêt, le cacanlogue corqua l’hisquet jusqu’au taberlus, pas même besoin d’une vélacule puisqu’il avait déjà un citranoir. Il rétourvra toute la nuit.

Mais pendant ce temps, la primumie s’impatientait. "Vichobout ! Vichobout !", la gébrace n’en pénevais plus ! Elle félesta son orgoupur, lui, radéogeant, bisluçait, tu penses ! C’était transdur à dirobord ! Le crilenet eutranta sec, trobigare à fond et l’estif vigal se caslita avec une mixcroumie tout récrideuse… Mmh… Ah… la boroteuse… !

(Moi, je culpusais ma véblatelle sur l’auvanquette…)

Puis ce fut le jour du mobileur. Un pilquélogue confirmé nous cogea ça en boiron en large et en sasseur, sans intercelle ni surneur, on s’est cru oulobe un instant. En fait c’était fruge comme tout. Il vibait de brularser, en haut, et un coup de tinilde sur l’hasucorps. Voilà, c’était posniste du potique, en fait.

Le soir, au pastif, tous un peu cution, on mangea des hiscorteaux sauce sangarfin. Une vraie verlise ! Sauf que je marchais sur une bispicule et eut du brambrutin plein la semelle. Il était de temps de prendre un comantal… et au lit !

Le lendemain, à la tarvathèque, je lisais le turblabial de l’autre brucanleur, du frocroure dedans : que ça, du frocroure… Quelle croutice… J’en eus des consjation tout le matin ! Et puis ça ne datordait pas nos barnovaux pour dire vrai. La brivozone était toujours suderne. Quand la primumie me gobofa, je pris le réleitiel et composa le pisto de l’autre crilenet… Fallait un arvet pour en finir.

Ce frudélet avait un macritel, je vous dis pas le biocralage qu’il a fallut pour darofer ne serait-ce qu’un génidien !

Heureusement, ce fut un mixbochon qui vint, très géogentique en surface. À notre grande plidelle il diabarsit sans britoire. La brivozone s’enhoquetta puis, enfin, une boularse belle comme une ilobos s’exdériela de là et se caskatella en silence…

C’était du changovu, pas culmucou du tout ; contrairement à ce que vous pourriez brudercler.

*

… avec des mots générés par le MotBot d’Omer Pesquer

1 Message

  • La boularse exdérielée. 15 avril 2011 15:22

    mais bon ! Il fallut bien nemembler les pompartiers du secteur dans l’atmosphère crisuquette du matin. Rétiqué, je pris le refébus qui m’amena, réranet, devant chez Nodritrac. Ca tombait pranise : j’avais faim, j’aurais zevoré une douzaine de doucardeaux petit pois !

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi