…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Ça aussi est à nous

mise en ligne : jeudi 19 mai 2011

Les messages apparaissent, puis restent, avec indication du temps écoulé depuis qu’ils sont là. Qui a dit. Quoi. À qui. Sur quoi. La liste se décale vers le bas quand apparaissent de nouveaux mots. Et puis d’autres encore qui feront disparaître les plus anciens. Et ainsi de suite jusqu’à ce que nous nous demandions si les plus anciens textes affichés ont bien existé. Si nous ne le voyons pas, cela est il réel ? Vertige du temps. Le passé de ces messages, de ces chuchotements, de ces cris, de ces musiques, existe-t-il ? Écho pixel dans le canyon des écrans. Faire remonter à la surface d’anciennes inscriptions, comment ? Plonger. Les signes tapés au clavier, transcris en impulsions électriques, ont traversés les villes, les continents, les océans —plonger— pour arriver et s’agripper aux composants d’un ordinateur, quelque part, et puis glisser sur l’écran d’un autre, duquel, par ces signes mêmes, nous nous sentons proche. Quelques octets, de si peu d’énergie, tant de dit à travers eux, ce qu’ils transportent n’est-il pas bien plus grand que le courant qui nous est facturé ? Que cet abonnement coûteux ? Que ce service aux conditions générales discutables mais acceptées ? (Cliquez ici)

Mots-clés

économie   techno   twitter (facebook)  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi