…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Pas moyen

mise en ligne : vendredi 27 mai 2011

25 mai 2011

Sous les pieds nus des étudiantes, une fontaine fait jaillir son eau, inlassable comme le fleuve, qui ne peut sortir de son lit pour caresser ces fines chevilles.

Grain du bitume au carrefour, compressé un peu plus à chaque roue, morceau de Venezuela sur d’anciens pavés, pétrole brut émulsifié venu servir de tapis urbain pour quelques années avant de, usé, se voir recouvert d’un autre morceau de notre histoire planétaire, millénaires brûlés aussi dans les pots des véhicules qui meuvent ces milliers de roues.

Une table, deux cafés, deux corps se rapprochent, lui possède un dictionnaire électronique, écran cristaux liquides, elle a tout noté sur des feuilles A4. Ils mêlent leurs voix étrangères en une leçon pratique, art de la conversation, correction de la langue, intonations chinoises qu’elle répète jusqu’à ce qu’il hoche la tête. Qui paiera l’addition ? Elle insiste, mei wenti.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi