…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Bord

mise en ligne : jeudi 16 juin 2011

15 juin 2011

Drôle d’expérience, embarqué dans quoi, des pages, des paragraphes. Je n’ai pas réussi à tirer parti de Scrivener, je voulais, pour ce texte en cours, utiliser les fiches, la facilité de classement et de réorganisation de fragments de texte (lieux, personnages, scènes…) de ce logiciel.

Car je savais qu’il y aurait des personnages, des lieux, des scènes. Et "beaucoup" de pages, plus que la soixantaine qui me suffit habituellement, au plus. Je sais qu’il faudra là au moins le triple.

Mais je n’aime pas avoir à écrire des personnages, des scènes, une intrigue, bref la narration — je ne sais pas comment appeler ça.

Alors je pose des paragraphes, que j’essaie de faire courts. Et j’essaie de me contenter de décrire, de poser des monologues ou dialogues intérieurs, et les personnages, les scènes, arrivent malgré tout, mais autrement, comme moins intrusifs, presque pas des personnages, des scènes, je ne sais pas, j’espère.

Souvent il me faut reprendre, ces premiers jets faciles, sortis d’où je ne sais, fragments à briser, trop faciles pour être honnêtes, creuser toujours, cette terre (dont il sera aussi question dans le texte) ou y aller sur ces pierres à coup de pioches, comme on voudra.

Et Pages suffit pour ce boulot, bien que je m’y perde parce que je mets tout en vrac, je veux dire que j’ai des regroupements de paragraphes qui peuvent être assimilés à des chapitres, peut-être, mais qui sont parfois en plusieurs morceaux, séparés par d’autres morceaux, et puis tout ça dans le rouleau d’un seul document.

Et puis il y a cet exercice casse-gueule auquel je crois que je suis en train de me livrer, qui est d’écrire le cliché. Mais "cliché" n’est peut-être pas le bon mot.

Vous me direz, car je lirai peut-être un extrait, à la Nuit Remue, 8 minutes c’est court, je devrai lire vite certains passages.

Au dernier moment, si je n’y arrive pas, je lirai peut-être autre chose, un extrait, inédit aussi, mais pas "en cours", de la mise à jour de "la crise", avec des nouveaux fragments, et qui devrait paraître bientôt chez Publie.Net.

Mots-clés

en cours   cliché   voix   écrire   écrire le souvenir  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi