…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Meus

mise en ligne : mardi 5 juillet 2011

3 juillet 2011

Je suis enterré debout dans un monde mouvant.

Tout, autour de moi, bouge. D’autres corps, et je me meus en eux en ce monde en homophonies ineptes.

Monde de corps en longue chaîne, numérotés où ne manquerait qu’un nombre.

Je diminue la luminosité de mon écran

baisse le contraste

me fond en pixels en pensées en mots me montre aux champs sous ma forme céréale, celle récoltée par de plus grandes machines que moi.

J’attends une autre saison

toujours une autre saison aux racines de terre, au ciel de glacier renversé, que j’oublierai volontiers

mais peine à être moissonné, véritable ivraie me voilà vite

séparé.

Plus que vin, poésie, vertu

à la guise des mots, grisé, aiguisé,

tranchant à nouveau.

Mots-clés

distance   corps   mort  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi