…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Variable

mise en ligne : lundi 22 août 2011

3 août 2011

Il n’y a plus de visages jeunes, partout où je me tourne, plus de ces lignes lisses ni de ces sourires frais, il n’y a plus ces regards entêtés, il n’y a que ceux, de traits, de cernes, de gris dans les cheveux, de soucis sur le dos qui affaissent les épaules, une béquille ici, un plâtre par là, voilà tout ce qu’il y a quand je cherche, sur les lieux d’enfance revisités, des visages qui auraient mon âge, et que je pourrais connaître.

*

Une éolienne ne tourne pas, trop haute, il n’y a pas de vent, rien que l’espace, les étoiles, et un peu du froid galactique.

*

Cornaline ne dramatise pas autant et se plaint simplement, en ces vastes campagnes, du manque cruel de toboggans.

*

La distance de l’horizon, partout variable, qui dépend des collines et dépressions, de la brume et de la hauteur que veut bien prendre le regard, est ici très élevée. Le plat est si plat qu’il se refuse à la courbure de la Terre, s’obstine et force le regard à voir toujours plus loin.

Question d’habitude, qu’il ne faudrait pas perdre.

Mots-clés

distance   campagne   route  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi