…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Prosodie Ivre

mise en ligne : lundi 21 novembre 2011

Pour répondre à certaines critiques du Métro Ivre, de sa prosodie, je dirais que ce qui m’a guidé c’est la musique du poème original, le Bateau Ivre.

J’ai essayé, le plus possible, d’écrire des alexandrins classiques, comme Rimbaud en utilise majoritairement dans son poème (pas dans "Je courus ! Et les Péninsules démarrées" par exemple).

Mais j’ai voulu donner aussi une priorité au jeu sur le nom des stations de métro, en mettre un maximum, et que leur choix puisse quelquefois prêter à sourire.

Par exemple, je lis une diérèse sur "Radio" et rend muet le E de "Danube", dans ce passage :
"N’ont pas subi Danube-Cluny-Radio France."
pour me rapprocher du rythme de :
"N’ont pas subit tohu-bohu plus triomphant"

Voici un alexandrin ultra-long "Glacière, Jacques Bonsergent, Iéna creux, Père Lachaise", qui mesure 15 pieds ! L’idée est de le lire au rythme de l’original "Glacier, soleil d’argent, flots nacreux, cieux de braises…". C’est à dire :

"Glacièr’, Jacqu’ Bonsergent, Iéna creux, Pèr’ Lachaise"

Bref, la plupart du temps il suffit de prononcer les noms des stations comme nous le faisons naturellement, en élidant les "e".

La rime est celle du poème de Rimbaud, j’ai aussi essayé de respecter cette contrainte le plus possible, en devant passer parfois par des assonances.

"Comme je descendais de Javel à Passy"
je garde le "i" de
"Comme je descendais des Fleuves impassibles"

ou en trichant délibérément :

"J’ai vu des La Chapelle sidéraux, Émile" (ok pour "îles")
"Zola aux cieux délirants ouverts aux Kléber" : (aïe, pour "vogueur")
"Est-ce en ces Convention que tu dors aux Tuileries", ("i" devient rime de "ile")
"Million de Gare du Nord, Ô Duroc vigueur". (on retrouve le "eur", il faut donc prononcer, au-dessus "Klébeur" !)

Je salue au passage l’oulipien Hervé Le Tellier, chez qui j’ai piqué la contrainte (et ses licences, enfin : il n’en utilise pas tant que moi !), et qui a écrit un très beau Le Pasteur des Halles (Le Dormeur du Val), dans Zindiens, mais aussi un Notre Auber qui êtes Jussieu, et un moins métropolitain Je vous Bloody Mary pleine de glace.

ajout du 23/11/11-> conscient qu’il reste des erreurs, que même mes règles licencieuses ci-dessus ne corrigent pas, je retravaille dessus…

ajout du 09/12/11-> Retravail terminé : les E à ne pas prononcer deviennent des apostrophes, certains vers sont modifiés pour être plus classiques ou pour coller à l’original. Rien de neuf sur les rimes.

ajout du 10/01/12-> Mise en ligne sur Pastiches, Métro Ivre à jour.

Mots-clés

voix   oulipo   contrainte (OuLiPo)  

1 Message

  • Si Rimbaud est de mèche.... 21 novembre 2011 15:38, par M

    , .. on n’ira pas chercher des poux à Joachim ni couper les cheveux en quatre !

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi