…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

(Atelier poésie, week-end du 28/4/01)

mise en ligne : lundi 18 janvier 2010

(d’après René Char)

Maintenant son souffle hypnotisait des masques.

L’affiche regardait la chasse souriante.

Toutes les directions s’enfermaient

Mon pays – 1

Mon pays est sans frontière mais le ciel m’enracine.

La digue sans gorge m’empêche de m’envoler.

Dans mon pays, la guillotine barbote avec le cerisier.

Je ne construis plus de gâteau depuis que les miroirs ont étés retournés.

Dans mon pays les routes se brisent sans élan.

Mon pays – 2

N’a pas de frontière car volent les digues.

Dans mon pays, j’écoute les lettres le long des sentiers métalliques.

Brise les guillotines.

Les ruines ont des bouées d’uranium.

Dans mon pays, sauvagement, les châteaux apprivoisés fondent.

Je dissous les interrupteurs.

Les souvenirs du miroir arpentent devant.

Dans mon pays, les cheminées cabrées ont saignées leurs yeux clos.

N’a pas de frontière car volent les digues.

04/2001

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi