…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Pricyne

mise en ligne : jeudi 22 décembre 2011

Au sud et au nord du delta Murmskakl, dans des zones qui s’étendent jusqu’à quatre cents kilomètres de la côte, sévit un climat particulier, connu sous le nom de pricyne, véritable saison isolée frappant au moment où l’on attendrait l’été.

La pricyne est humide à n’en plus pouvoir respirer, elle est chargée de vents violents et liquides, minéraux, porteurs des eaux des deltas du Murmskakl. Ni pluie ni brouillard, plus proche du raz-de-marée mais insaisissable, la pricyne n’empêche pas de marcher, bien qu’il faille parfois nager, mais le courant ne sera pas puissant au point de vous emporter, ce ne serait plus alors un phénomène climatique mais bel et bien une crue des fleuves. Or, il s’agit simplement d’une densité aquatique, jusqu’à trois mètres au-dessus du sol, qui peut poser, certains jours, quelques problèmes pour respirer tant l’atmosphère est alors une eau dense qui remplit les poumons.

Si les hommes, et les animaux qu’ils ont apporté avec eux, ne sont pas toujours adaptés (fort taux de noyade à signaler, randonnées déconseillées sans tuba) la flore y est fort bien parvenu, et toutes les plantes de la région, mi-algues mi-plantes grasses à poches-réservoirs, savent tirer partie de l’humidité de cette saison (qui dure presque trois mois), pour se protéger des neuf autres mois secs et salés qui sont parfois humides mais d’une autre manière, d’une humidité moins envahissante mais aussi moins désaltérante.

Mots-clés

Saisons d’Imrie  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi