…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Dessine un mouton, Imagine trois tigres, etc.

mise en ligne : vendredi 2 mars 2012

Pour Laurent Grisel
 

dessine un mouton
dans le sable suintant de kérosène.

imagine trois tigres
aux griffes-pixels

pense cinq dauphins
trapézistes aquatiques au rire d’algue

bricole huit zèbres
en tricot, pelotes blanches, pelotes noires

encadre onze cerfs
au sommet de l’Empire State Building

allume seize girafes
dans le cou de ton ennemi

afflige dix-sept tortues
de remarques murmurées dans leur carapace de verre

renonce vingt-deux geckos
aux plafonds renversés des camisolés, douceur

trouve trente mandrilles
et goûte leur nez bleus au coucher de lune

sirote trente-huit mouches
aux noirs corsets velus, dit-il

parallèlise quarante-quatre oies
et leurs harmoniques caquetantes aux sommets des partitions

sermonne cinquante-six flamants
et leur vingt-huit pieds repliés au-dessus de l’aquarelle

prononce cinquante-neuf ânes
qui répèteront l’illusion jusqu’au sang

projette soixante-cinq hamsters
sur le mur mou, à chaque décimale impaire de π.

confond soixante et onze chiens
tranche leurs muscles tendus, clac !

déduit quatre-vingt anguilles
d’une somme qui te pèse

augmente quatre-vingt huit aigles
sans leur bec de poussière

superpose quatre-vingt-dix-neuf méduses
aux entraves des étagères

éclaire cent deux poules
et leurs œufs bleus

déroule cent neuf éléphants
sauvegarde-les, si ta mémoire vit

feuillette cent dix-huit paons
pour relire leur mirage mauve

déséquilibre cent vingt-sept cirons
en retenant ton souffle

déballe cent trente-huit orques
à l’échelle 1/8é

déplie cent quarante et une asterinas
elles seront le ciel de ta planète

voit cent cinquante dragons
haletant sur la pelouse rosée

devine cent quatre-vingt trois ourses blanches
accouchée par leurs aurores boréales

frôle deux cent trente hirondelles
poussées par les soupirs

entends-tu trois cent onze rats ?
derniers restés dans l’ivresse.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi