…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Veau logique

mise en ligne : mardi 13 mars 2012

Pour Lucien Suel

Nicolas Veau m’écrit chaque semaine, il est chasseur de têtes à Paris, il a ciblé mes compétences en PHP, MySQL, ASP.Net, C#…

Nicolas Veau m’a ciblé.

Nicolas Veau chasse les ingénieurs informaticiens qui ont de l’expérience. Nicolas Veau a une base de données dans laquelle je ne suis plus à jour, c’est pourquoi je ne lui en veux pas. Il chasse une image d’un moi passé.

Nicolas Veau chasse un fantôme.

Cela dit, Nicolas Veau n’est pas très chaleureux dans sa chasse : ses emails sont automatiques. Je sens ces choses-là, ces textes générés par ordinateur, résultats d’un algorithme qui recoupe les compétences recherchées dans une annonce avec celles que j’avais indiquées voici quelques années dans un formulaire développé avec les technologies que, précisément, je connaissais.

Je suis la bête de Nicolas Veau.

Nicolas Veau écrit Urgent en tête du sujet de son mail, tout est négociable avec Nicolas Veau : durée, tarif ; mais le démarrage est ASAP. Et c’est parfois en Rhône-Alpes ou Pas-De-Calais. Nicolas Veau a dû mal lire ma fiche, lui ou sa machine.

Nicolas Veau est une machine. Une machine à Veau.

Un chasseur, tel Nicolas Veau, une fois qu’il a eu sa bête, a terminé sa mission. Il livre la bête au commanditaire et après quelques mois passés par la bête en poste, après la période d’essai, Nicolas Veau touchera sa récompense : c’est qu’il aura bien visé, bien ciblé, délivré une bête conforme.

Nicolas Veau n’est pas éleveur.

Un éleveur s’occupe de sa bête une fois qu’elle est placée, avec pour but de faire entrer d’autres bêtes chez le client, d’y faire élevage. Le monde de l’informatique, des sociétés de services, est ainsi fait : chasse ou élevage, il faut choisir son camp, et les bêtes restent bêtes, que parfois, un Veau chasse.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi