…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Travail écrire

mise en ligne : lundi 26 mars 2012

20 mars 2012

"Écrire sur l’entreprise", avec Nathalie Kuperman et Thierry Beinstingel, pour le festival Hors-Limite, à Aulnay-sous-Bois.

Des romans présentés ce jour-là, Retour aux mots sauvages(*), Nous étions des êtres humains(**), mais aussi Central, CV/Roman(*)…, leur forme, la recherche formelle qui a été nécessaire à l’écriture, et que j’ai ressenti comme nécessaire également pour Sans et C’était : trouver, dans la langue, une structure forte, pour lutter contre les structures, fortes, de l’entreprise, du pouvoir, les imiter, reproduire ce qui se passe, ce qui nous arrive ; mais au fond, ai-je vraiment voulu parler du travail, de l’entreprise ? Ce lieu produit ses propres formes, il structure et pour en faire le plan en vue d’un démontage, trouver une langue particulière est nécessaire, afin de lire le monde autrement que le monde nous dit qu’il est. Démonter pièce par pièce le moteur d’une machine folle qu’il faut comprendre ; au moins comprendre.

(Je crois me souvenir qu’il y avait aussi quelque chose pour me glisser hors de sous une botte qui écrase beaucoup de vies, du mal à identifier la botte, mais elle pèse, elle en impose, avec son langage qui fauche.)

Le mot "infantilisation" dit dans le public, repris par NK et TB, et la pensée qu’il y a quelque chose dont on nous dépossède, quand on franchit le seuil de l’entreprise pour y entrer. Et que cette chose fait écho à d’autres expressions ressassées hors de l’entreprise : "efforts de pédagogie", "les français doivent comprendre", "il faut dire la vérité aux français", "il faut faire des efforts", "il faut", "il faut"…

Des trajets personnels, aussi, dans le public, qui tenaient à s’exprimer, peut-être pour dire que le travail n’est pas que dans les livres, mais surtout ici, à Aulnay, les livres parlaient à ceux-là, échanges dynamiques, plusieurs ont pris la parole pour dire en un trait leur histoire au travail, à la vie et qu’ils sont, aujourd’hui là, vivants.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi