…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

À travers la rue

mise en ligne : mercredi 11 avril 2012

11 avril 2012, plus tard

Capter un wifi situé de l’autre côté de la rue.

Ne pas s’attendre, après s’être posé un quart d’heure, au changement d’ambiance musicale, façon deuxième tour d’élection 21 avril 2002, genre du Velvet à Queen (mais pas News of the world d’où l’on aurait retiré la piste n°2 et peut-être la n°1 aussi), ne pas pouvoir s’empêcher de sourire à l’ironie de la cohérence des dates, des dates seules, résultat d’une action : une main a enfoncé un bouton rouge où il était écrit "Ne toucher ce bouton sous aucun prétexte". Trop tard. Les partitions ont parfois des fréquences qui bousculent les lettres à l’écran, bouillie pixel et mes mains dans le saladier spongieux de mes idées embourbées.

Traverser la rue, capter le wifi pour de vrai dans un silence de machine à café, le sol dallé bien fixe sous la table de bistrot toujours bancale, et se dire que jamais, ici dans Paris, une alerte tsunami ne viendra faire trembler les pavés.

Mots-clés

musique   ville  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi