…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Des cernes aux yeux des moineaux

mise en ligne : jeudi 12 avril 2012

11 avril 2012, #nuit

L’oloé, c’est parfois l’insomnie.

Lire ou écrire dans la semi-conscience du sommeil, l’éveil énervé du corps allongé ailleurs, hors de nous quelque part dans un creux de lune. Ce qui reste force les mots à traverser le coton noir de l’air ambiant.

Trois heures du matin : les oiseaux diurnes chantent aux lampadaires toujours allumés. Je crois qu’ils dorment un peu avant, mais s’ils ouvrent un œil à deux ou trois heures, ils se font avoir, toujours, et leurs journées sont longues, tellement longues, à l’épuisement.

Mots-clés

corps   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi