…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

de Toledo, Camille. L’inquiétude d’être au monde.

mise en ligne : vendredi 22 juin 2012

Page 30

…ce qui prospère, hélas, sur les décombres du vingtième siècle : les chants trompeurs de la consolation contre lesquels Stig Dagerman nous mettait en garde en disant : il n’y a pas de remède à notre inquiétude. Ne cherchons pas dans le monde la parole, le mot, la figure de consolation. Essayons de nous tenir, dans l’inquiétude, sans nous soumettre. Ne déléguons plus nos vies aux consolateurs. Et je les nomme, pour que vous les voyiez, pour que vous ressentiez l’amplitude de notre délégation : c’est la peur et l’inquiétude qui nous livrent à la pharmacie, aux pouvoirs, à tous ceux qui prétendent nous en libérer. C’est l’inquiétude et la peur qui nous poussent à déléguer la charge de l’homme aux prêtres, aux moralistes, aux dogmes et aux milices. Cette mise en garde de Dagerman dont nous portons le souvenir et la charge, c’est l’appel à une résistance contre les promettants : ceux qui font commerce de la consolation, ceux qui vendent les solutions provisoires de la dépossession.

Camille de Toledo. L’inquiétude d’être au monde. Verdier, 2012.

Mots-clés

Camille de Toledo  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi