…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Chut

mise en ligne : jeudi 5 juillet 2012

4 juillet 2012

Forcé d’aller là – non, pas forcé. Mais c’est ici, voilà, ou plus précisément, c’est maintenant, après marche et perte dans la ville, c’est maintenant qu’il faut bien finir par s’asseoir, ouvrir le clavier, se demander, quoi et puis ça ne prévient pas, alors c’est maintenant, c’est l’oloé du maintenant, qui prend une forme souvent, toujours, négative, chaise bancale, bande FM commerciale répétitive et vieille, café froid qui a débordé dans la sous-tasse, cher, éclairage trop vif, l’oloé du tout de suite n’est pas dans notre liste de favoris alors il faut s’accommoder de cet à peu près, ou de ce contraire et écrire contre l’environnement intenable, tenter de le repousser, de s’y faire une place, peut-être, de le pousser pour s’y mettre soi et son petit monde à soi – et aussitôt le dégoût de se surprendre à faire ça, à être celui, bien que silencieux, qui parle plus fort que les autres. Se taire.

L’oloé, c’est parfois le silence.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi