…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Partie I. 2.

mise en ligne : vendredi 3 août 2012

Deux minutes. Et si vous ne comptez pas là deux minutes, entre 10 h 10 et 10 h 11 le 29 juillet 2012 GMT+2, Paris, il me faut vous préciser que l’annonce du débranchement est déjà un peu du débranchement, qui a commencé au début de la première minute. Et l’annonce du retour post-débranchage pas encore du connecté, à la toute fin de la seconde minute. Donc ces deux minutes, la 610é et la 611é du jour, ces presque 120 secondes, si nous ne dédaignons pas les compter une à une, furent bel et bien un brusque arrachement, comme lorsqu’on surprend dans le jardin, bêche sous le pied, le plant de patates accroché, accroc à son écran de terre meuble, d’un geste vif et subversif et terrible. Le tout suivi d’un non moins intense retour aux sources, pour employer une autre expression imagée. Retour, introspection, repli, pliage, qui m’a beaucoup froisser et chiffonner puis fait réfléchir, enfin qui m’a fait, je peux le dire, changer, à tout jamais et ce livre sera, je le veux, un témoignage unique, poignant, révélateur, véritable pavé dans la mare des ondes jamais éteintes qui vous étreignent comme elles m’étreignaient et m’étreignent à nouveau tout en me permettant désormais de mélanger à loisirs les métaphores mais voilà, pour moi en tous cas, moi qui sait : plus rien ne sera comme avant. Comme si j’avais eu un marteau, enfin réalisant le désir fou de la chanson et — bref je sais que je peux faire trembler les murs de la piscine contenant l’eau chlorée ayant reçu mon pavé de terre cuite façonnée à la main, et c’est tant mieux. Deux minutes qui furent une plongée du corps et de l’esprit dans les choses vraies, voyez, qui pourrait en revenir inchangé ?

*

retour au sommaire du livre

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi