…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Journal du regard Lundi, le 6, matin, de mon immeuble

mise en ligne : samedi 23 janvier 2010

Lundi, le 6, matin, de mon immeuble

Aujourd’hui les travaux
Il faut épargner l’eau
Dans la rue de garée
Presqu’aucune voiture
Les poubelles sont sorties
Pleines de ce qui fut
Sur la porte d’entrée
Un avis d’arrêt d’eau
Sur la vitre est fiché
Derrière les yeux clos
Un chat dort
Il me pense

Mardi, le 7, début de nuit

Aujourd’hui il a plu, fabriquant un miroir sur le noir du trottoir. Les passants sous l’orange des lampadaires penchés se reflètent pas à pas.
Des gouttes à
tomber
se mettent doucement, crépitant la lumière réfléchie des trottoirs.
Étincelles oranges
Qu’un pinceau taille 2 s’essaye à reproduire
figé dans la glace noire
du trottoir

Mercredi, le 15, midi

Sur le trottoir trottinant avec au dos le sac
Collégiens hurleurs
Furieux sonneurs
Réveillent la rue et m’invitent à descendre
Même s’ils ne le savent pas

Vendredi matin

Ces journées d’avant
De mémoire peintes en toile
en gouttes et yeux
et diluées d’eau
en silence aussi
Là,
Me voilà dehors
Le soleil rasant
Dans le parc soulève
Une vapeur rosée
Et la pelouse sur chacun de ses brins
A des points lumineux
Et le gravier crisse
Et les rideaux-grilles des magasins
Se lèvent
Les vélos les voitures les rollers, ce qui roule
Commencent à sortir (d’où ?)
Les poussettes les passants
Arrivent de partout
et vers partout s’en vont

wiki-Marelle séance 251

Mots-clés

atelier   marelle  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi