…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Haïkus d’exil

mise en ligne : samedi 23 janvier 2010

La pluie n’a pas fait cesser
La marche boueuse
D’eux du bas-côté

Ils sont malmenés
Leur file reflue sur la route
Et le lac aussi

Reflue sur la file
Des hommes qui marchent sur
La boue du côté

Celui qui marche devant
De quoi peut-il être
Assuré quand tout

Fond mêmes les corps
Et puis tous le suivent
Le regard sur ses talons

Juste derrière lui
Les yeux bas sur ses talons
Et leurs bouches pendent

Les yeux bas les yeux mauvais
Le dos menacé
Mais ignorant ça

Chacun prêt à pousser l’autre
Dans le lac où l’on
Voit flotter des corps

Ou en tous cas des fantômes
De corps au moins ça
Des souvenirs flottent

Qui finiront dans le lac
Épaisse la pluie
Sur leurs dos courbé

Comme les écrasants d’un
Poids pour eux de trop
Et le dernier là

En bas de la file
Sait bien que la pluie
C’est ça qui les tuera tous

Depuis le temps qu’elle s’abat
Elle finira bien
Par effacer


wiki-Marelle séance 291

Mots-clés

marelle  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi