…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Question de civilisation ?

mise en ligne : mardi 1er janvier 2013

31 décembre 2012

Ceux qui pratiquent le jeûne le font souvent, ai-je cru comprendre, en souvenir d’un temps de famine révolu, en prévision de ce qu’il pourrait advenir de nouvelle période difficile, dans la croyance que nous sommes peu de chose, que la vie tient à un fil et qu’il faut, par une coutume, le dire et le redire, ne pas oublier ; et aussi pour purifier le corps, lui donner une pause.

Ceux qui pratiquent les réveillons le font souvent, ai-je cru comprendre, en souvenir d’un temps de richesse révolu, en prévision de ce qu’il pourrait advenir d’un nouvel âge d’or, dans la croyance que nous sommes invicibles, que la vie est inépuisable et qu’il faut, par une coutume, le dire et le redire, s’en convaincre ; et aussi pour exposer son corps, ne lui laisser aucun répit.

*

Opposition facile sans doute, je ne sais pas. Je repensais à ce que le raciste Luc Ferry disait des "civilisations qui ne se valent pas", en défense de son ami raciste Claude Guéant qui parlait de telle civilisation "supérieure".

*

J’aime cette attente du sommeil. Au-dehors sonne le pas machinal d’une sentinelle. Le vent court autour des baraques, dans le clair de lune et le clair de neige. J’écoute la grande nuit des plaines et des forêts. J’écoute la pauvre nuit des hommes. Mes compagnons à présent ne sont plus qu’une seule bête anonyme et informe qui se retourne, se gratte, se plaint et peine – au fond de quelle inquiétude, de quelles tâches, de quels combats ?... — Georges Hyvernaud. Feuilles volantes. Le dilettante
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi