…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

La solitude des bas-côtés.

mise en ligne : samedi 26 janvier 2013

22 janvier 2013

Dans les bas-côtés, aux bords des routes qui longent les champs sans être chemins d’accès prévus pour les tracteurs, ces routes parfois plus basses, jamais plus hautes, que la terre remuée annuellement, dans ces fossés il n’y a d’abord rien qu’un empêchement, une frontière naturelle et évidente entre la route qui mène d’un endroit à l’autre, utile, et le champ cultivé, inutile ici pour qui passe, a besoin de passer, mais utile dans un autre monde pour lequel c’est la route qui est inutile. Pourtant, dans ces bas-côtés, entre l’utile et l’inutile, dans ces marges il y a les herbes hautes, l’eau d’anciennes pluies, les criquets endormis, les escargots voyageurs, les pissenlits en fleur dont tu attends les graines pour les souffler comme sur l’image du dictionnaire familial, il y a les cailloux rejetés de la route, les graines qui pousseront dans un an, apportées par des oiseaux, des rongeurs, il y a les corbeaux attentifs, les vers de terre ignorant des corbeaux, la terre indissociable de la boue, il y a le calme, le monde invisible autour, la route seulement ressentie à chaque passage de voitures, vibration, bruit, et le silence après qui se rajoute au calme d’avant fait que chaque passage de voiture augmente la tranquillité, rend plus grande et précieuse la solitude de ces creux.

*

publié le 14 mai 2013 dans La Revue des Ressources.

Mots-clés

en cours   campagne  

2 Messages de forum

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi