…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

il y a (5)

mise en ligne : mardi 16 avril 2013

j’ai voyagé dans les silences de la vie
d’un blanc à l’autre
je marchais entre deux bruits
dans le silence installé entre deux silences
d’un vide à l’autre
je voyageais entre les répliques
sautais sous le souffle
entre deux rien
(entre deux tout)

depuis quelquefois
les silences me traversent
je les laisse passer
scrute leur écoulement
car il suffit d’un rêve
pour entamer

regretter un geste, cela arrive
(c’était le corps)
et le couvrir d’un mot, aussi
(c’était la pensée)
mais, était-ce dans cet ordre ?
(un autre jour, humain)
oublier, recommencer
(humain, encore un jour)

*

Chi Cheng, 42 ans, meurt
il y en a d’autres, on en connaît
(dans la rue on les enjambe les cadavres qu’on a embrassés)
et le chiffre de l’âge perd son sens
(s’il en avait un autre que la gravité du temps)
(and gravity always win)
alors
promets-moi qu’on va vivre
sur une route
au moins
aller
pas besoin de savoir vers où, ni depuis où
(ni même si c’est vrai)
tant que le paysage défile

*

publié le 7 mai 2013 dans La Revue des Ressources.

Mots-clés

absence   ville   musique   écrire le souvenir   mort  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi